Les Onomatopees de la Langue Japonaise (1) -Le systeme et le sens fondamentaux des giongos

全文

(1)

Les Onomatop6es de la Langue Japonaise (1)

ご- Le Sys狛lmeet le sens fondamentaux des gjongos

Katsuto Okamoto

University de K6chi

      Avant-propos

   L'objectif principal du present ouvrage 'Les Onomatopees de la Langue Japonaise', c'est :de donner surtout aux gens franとophones une idee gen6rale sur les caracteristiques et la raison d'etre des onomatopees de la langue japonaise. Car nous croyons que la comprehension des onomatopees de cette langue est une des clefs qui ouvrent la porte par laqueile on s'initie au genie japonais. Et, en meme temps, cette etude pourrait donner a nous les Japonais quelques aspects souvent inapercus de ce sujet; c'est le deuxieme but de cette s6n& d'etudes。

   Ces dernieres annees, nous avons vu de nombreuses publications des dictionnaires japonais-anglais des onomatop6es : 'Nichi-ei taisy6 giseigo jiten' (1981), 'Wa-ei giongo-gitaigo hon'yaku jiten' (1984), 'Nichi-ei gion-gitaigo katsuy6 jiten' (1984), 'Manga de tanoshimu eigo giongo jiten' (1985), 'Eigo-jin to nihongo-Jin no tame no nihongo gitaigo jiten' (1989), 'Wa-eトgitaigo giongo bunrui y6h6 jiten' (1990), apres les deux publications pr^cieuses des dictionnaires japonais: 'Giongo-gitaigo jiten' (1974) de Yasushi Amanuma et 'Giongo-gitaigo jiten' (1978)

de Tsuruko Asano。

   Une des raisons de cette publication florissante des dictionnaires sp^ciaux que l'on a jamais imagine autrefois, c'est l'interSt general pour la langue japonaise lequel se repande largement dans ie monde contemporain. Mais la raison la plus importante, c'est le fait que les Japonais euxヽmSmes, incites par ce mouvement,

commencent a s'interesser a leur langue maternelle comme une des langues qui existent sur la Terre。

 D'apres les recherches qui ont ete faites cesつderniSres decennies, beaucoup de la!lgues dont les origines sont differentes connaissent de riches eχpressions

(2)

190 Res. Kochi Univ. Vol.41 (1992) Hum.

onomatop6iques。Le tamil, par eχe!nple, qui 叩t uneニdes langues doravidiennes a un vocabulaire eχtrgmement abondant dans ce domaine et les mots

onomatopeiques seules pouvent remplir un grand dictionnaire du tamil. Le coreen a un grand nombre d'onomatopees hautement symboliques pour decrire des

situations, et la publication d'un assez grand dictionnaire coreen-japonais 'Chosengo syochogo jiten' par l'6dition japonaise en 1991 6tait tr色s impressionnante. D'apres la description dans le dictionnaire 'Gengogaku dai-jiten' (1988) sur des langues africaines, toutes ces langues dont le nombre atteint du

moins l。500, connaissent les onomatopees, eχcept6 1e khoisan (la langue des Bushman et des Hottentot). Et notre langue n'est pas eχceptionnelle. Les onomatopees du japonais ne sont jamais des mots speciaux comme en francais et la port6e de leurs fonctions est trds large. Avec la modification・ des formes ou l'attachement d'autres mots, elles sont リtilis6es comme substantif, verbe, adjectif.

adverb e et interjection。

   Nous croyons que la presentation en frangais des onomatop6es japonaises est aussi importante qu'en anglais. parce que chaque langue a sa propre vue 4e point et avec le filtre de la langue francaise nous pourrions approfondir davantage la comprehension et la connaissance sur ce thdme.

*****

Le sySt右meet le sens fondamentaux d叩giongos

Objectif

  Le but de ce m^moire giongos', c'est de presenter onomatopees japonaise・s.

nUm6rot6(1)’Lesystdme et le sens fondamentauχ et d'expliquer des giongos qui constituent la base

des des

 Giongos et gitaigos

   Tout d'abord nous esquissons la distinction des deuχ types d'onomatopees. Les onomatopees du japonais se divisent en deux types: がθzzgθetがZαなθ. il faut cependant savoir que la distinction entre le giongo et le gitaigo n'est que fonnelle. parce qu'il arrive souvent que le meme mot a ces deux fonctions.

(3)

Les Onomatopees de la Langue Japonaise(1) (Okamoto) 191

Giongo犬      犬      ト \  ‥    ●● ●●●●   ●●●●

十Les giongos sont des mots qui imitent des sons et des bruits /poぼ∧preciser une situation dans un conteχte.         ∧       ‥

wan-wan nya‘nya kon-kon g6n  \ kiki pati-pati raboiement d'un chien  ‥‥ ‥‥‥‥ ‥‥‥‥  ‥ le miaulement d'un chat       犬   ト 十 le frappement d'une porte

le tintement d'une clocheトde: temple bouddhique le crissement des pneus犬par」=e freinage………  ……

1e bruit des aplaudissements ‥‥‥‥   ‥‥‥‥‥

A la premiere vue・,la fonction et la valeur des interjections∧franjaises tels……que "pan!”,”crac!”,”toC!"etc. ressemblentレbien a celles des giongos japonais. mais la facon et la portee de l'usage de ces deux systemes sont tout a faitl differentes. Nous traiterons ce probleme plus loin dans cette serie d'6tudes・.       ∧

Gitaigo         一六       上

  Les gitaigos decrivent des situations et des十circonstances diverses par un

symbolisme:supreme des sons qu'ils contiennentト Le termeがナtai signifie:imiter + apparence, situation, 6tat, etc. Dans un sens. c'est la forme d^veloppee (!u giongoト    En frangais, comme aux autres langリes occidentales / principales, on ne rencontre jamais des がな7なθぶ, done il est assez difficile de les eχpliquer a!IX Francais.       I       ニ    ‥

kosokoso

sin

kibikibi

dorori

zutt

rapparence d'une action en cachette le silence total       j rapparence d'une action vivide

!'apparence・・ d'un liquide agglutinant la situation qui ne change jamais

Pour 6viter la confusion√nous ne discutoねsph!s sur ce sl!jetしdans cetessai.

Univers des giongos

  尚En japonais, les giongos se produisent

・par le choix de qulques sons qui sや suivent:       ト ニ         \     ● ●●●●●●   ●●

(4)

192 j j 、1/、J 1  2  34 ぐ ぐ ぐぐ Res

り訃

KochトUniv. Vol.41 (1992)トHum

   Dans ce sch6ma' simplifi6. les combinaisons (1),し(2),ニ(3), (4) representent respectivement les giongosフpatan', 'tin', 'kakin'.……・g&.………:IIarrive queトquelques

combinaisons ne soient pas accept^es. tels犬queツd・a噌卜e=nレ'g-u-t-i'.ニ'か6-d-tt'.レ    G6neralement dit, les combinai・S卯S possiblレes pour les giongos sont un peu limitees, compar6es 4 celles desがtaigos, mais \elles sont ∇d司a assez nombreuses.

Voir le tableau ci-dessous: 犬……… …ノ ……… ……:

(REPETITION →) kan gan katt gatt kata gata katan gatan katari gatari kon gon kott gott koto goto kan-kan gan-gan katt-katt gatt・-gatt kata-kata gata-・gata katan-katan gatan・g・atan katari-katari gatari-gatari kon-kon gon-gon kott-kott gott-gott koto-koto goto-goto kan-kan gan-gan katt-katt gatt-gatt・ kata-kata 盆ata-gata kan-kan gan-gan katt-katt gatt-gatt kata-kata gata-gata katan-katan gatan-gatan 9 ・ 9 ・ kon・-kon gon-gon kott-kott gott‘gott katan-katan gatan-gatan kon-kon gon-gon kott-kott gott・gott koto-koto・ ・koto-koto goto-goto goto-goto Les sigues ’A’,’tt’・'N'representent respectivement 'cho-on”'soku-on”'hatsii-on

(5)

Les Onomatopees de la Langue (1ト(Okamoto) 193

   En theorie, nous pouvons elargir cette liste jusqu'a ce que les combinaisons possibles des sons tarissent; mais en realite, il n'existe paSしde limite definitive. Parce que les Japonaisへutilisent souvent les onomatop^es assez librement a

condition que la communication ne soit pas bloqu6e.

  Formation et sens : I      ・.■

   G^neralement dit. chaque son qui compose des mots onomatop6iques

repr^sente symboliquement et systematiquement un‥しcertain sens. Deしplus, en suivant qUe!ques regies, ces sons constituent un mot qui 4 un sens nettement distingue. Nous pr^sentons cette structure par la comparaison des exemples ci-dessous, qui indique la difference des nuancesト      土      犬

leger / fort

(1)Ton-ton to to wo tataku. (2)Don-don to to wo tataku.

   Dans le cas du (1), on frappe 16gerement la porte. mais dans le (2), on y donne リn coup fortに      ・.・.・.・.・ ..・       .・  ・.

(3) (4)

Kan・kanto kane wo narasu. Gan-gan to kane wo narasu、

   Dans le cas du (3), on sonne la cloche avec une force ordinaire ou un peu legere, tandis que dans le (4), il est certain qu'on 1a frappe△tres fort. Mais noU・S pourrions imaginer I'autre situation. Parce qu'il y a la possibilite de l’eχistance de deux sortes de cloches, mince et epaisse. Evidemment la difference entre ces deux onomatopees est due au tintement des cloches elles-mSme斗 し 上    く’

   Nous avons observe ici le symbolisme des sons composant des mots

onomatopeiques. Les consonnes sourdes /t/ et /k/ sont plus legeres et plus douces que les sonores /d/ et 41レL'6criture japonaise reflete bien ces oppositions; un seion (son pur)とdevient un 血加りn (son troUbl6)ど, ayant un petitニsigne au-dessus;こdevientごde la mSme maniere. ・  . −    ・  I・  --  -・     .・

court / long

I ミ ︱ N 5 / o ぐ ぐ

Pan-pan to jusei ga sita. P§n-pan to jusei ga sita.

(6)

194 Res. Rep. Kochi Univ. Vol.41 (1992) Hum.

  Le mot ・pan' se prononce comme 'paan', c'est-^-direla voyelle α est longue・ L'exemple (5) indique le fait que la d6tonation de fusil est plus longue ou plus retentissante que dans le (6) peut一己trepar」・effetde la distance.

Claire / sombre

jj□侈

Kan-kan to kugi wo utu. Kon-kon to yuka ga hibiku.

   Le contraste des deux sons /a/ (7) et /o/ (8) repreSente la difference de la sonorit6 des objets qu'on bat. Le son /a/ est claire acause de l'ouverture de la bouche, tandis que le son /o/ est sombre par la raison contraire. En cons6quence, 0na l'impression que le bruit 'kan-kan' est claire et sonore et que le bruit 'kon-kon' est sombre et peu sonore。

dOUH / strident

(9) (10)

K§n to b6ru wo utu. Ktn to jettoki ga tobu.

  Dans l'exemple (10), en utilisant la voyelle ferm6e I'll, on decrit le bruit strident d'un jet. Dans l'opposition ci-dessus, le (9) nous donne une douce impression. Autrefois, la batte du base-ball 6tait en bois et elle 6mettait un son 'kan' en battant une balle; aujoぼd'hui, elle est souvent en metal et produit un son strident 'ka-ktn'.

ordonne / desordonne

(11) (12)

Pata-pata to asi-oto ga suru. Patya-patya to mizu ga kakaru.

  La syllabe '-tya' se prononce comme [tja]. L'insertion du son 【Sl dans les sons [ta] donne l'impression du desordre auχ Japonais, peut一色tre a cause du

mouvement defigure de la langue. Les enfants japonais en ba芦 age ne peuvent jamais prononcer /sa/, /su/, /se/, /so/. En revanche ils utilisent Isya/, /syu/. /sye/, /syo/, par eχmeple, 'o-syato pour 'o-sat6' (sucre); 'o-syakana' pour ’o-sakana'.       ▽

(7)

Les Onomatopees de la Langue Japonaise(1) (Okamoto)

continu / coupe / diminue

195

(13) KM to hetana vaiorin ga naru. (14) Kikitt to brgki wo fumu oto ga suru.

(15) Kin-kiりtQしmimi-nari ga suru.        し      ,     ‥‥ ‥   Ces trois onomatopees ont tous une certaine duree du son. Mais la resonance du (13) est continue, tandis que celle du (14) est brusquement coup6e. Et le dernier eχempie (15) a une resonance diminuante. .・.・・.・I     ・-・I.・・   Le mot 'kikitt' dans le (14) s'^crit comme キキッ, et sous l'effet de ce dernier son 'soku-on', on doit s'arreter un moment pour prononcer le mot suivant. Cela nous donne r impression d'une tesonancequi ne dure qu'une seconde.

  Si on dessine un schema de ces trois r6SonanCeS\il sera plus facile de comprendre la difference des ,nuances:       . ■

二[コ

simple / complique

(16) (17)

Tin-tin to beru wo narasu. Tirin-tirinto beru wo narasu.

kin

   En japonais, une petite clochette produit un son 'tin'. mais lorsqu'on veut d6crire minutieusement le son vari6 que produit la languette de la clochette. ce tintement devrait se rendre par 'tirin'. Le son /r/ insere ici est le symbole de l'action尚du tour. Les Japonais prononcent 川, dont le signe ph[Jitetique international est lr], en frappant le palais dur une seule fois de la pointe de la langue. II est done possible de constater qu'avec ce mouvement le son 11j produit

cette sensation de rotation.:……

unique / repete

(18) (19)

Pan to jusei ga sita・ Pan-pan to jusei ga sita.

(8)

196 Res. Rep. Kochi Univ. Vol. 41 (1992) Hum

de gens considdrent que le coup est unique・

 (20) Pan-pan pan-pan to jusei ga sita・

   La repetition de deux fois ou plus d'un mot onomatop6ique n'est pas rare dans le langage quotidien pour renforcer le sens. En lisant ou l en :6coutant la phrase (20), on a l'impression que l'on assiste a une sc5ne ou se deroule un evfenement.

 constant / uarie      ,       ∇

(21) (22)

Gatan-gatan to ressya ga t6ru. Gatan-goton to ressya ga t6ru.

  Malgr6 que l'expression du (21) soit possible, les Japonais disent plus souvent 'gatan-goton' pour indiquer les bruits que font les roues du train. Par exemple, les passagers japonais dans le wagon n'entendent presque jamais la simple

r6p6tition 'gatan-gatan'. Si nous etudions attentivement cette distinction. nous pouvons trouver un fait int^ressant. Le dessin ci-dessous illustre la situation:

。/が、

gatan goton

   Le wagon du train a deux parties: celle de l'avant et celle de l'arri^re munies de roues. Et le passager entend du moins deux fois le bruit par le passage c!es roues sur la jointure des rails. La distance qui s6pare la personne aux roues et la

direction des bruits font deux sortes de resonances pour ses oreilles. D'ou vient l'echange des voyelles constituantes dans le mot: gatan-goton. Comme nous avons

d6i a indique. les voyelles /a/ et /o/ donnent respectivement les impressions sonore et sourde。

   L'explication ci-dessus est un peu schematisee, mais elle represente bien la haute sensibilite des Japonais a l'expression des bruits qui les entourent.

    Jusqu'ici nous dans l己s がongos

***

n'avons decrit que quelques r&gles japonais. Nous pourrons aj outer

que l'on trouve davantage plus

facilement de regies

(9)

Les Onomatopees de la Langue Japonaise(1) (Okamoto) 197

minutieuses, mais cela deviendra de plus en plus une sorte de chaos, parce que les onomatopees sont aussi des creations humaines dont le processus n'est jamais tellement m6canique. Nous traiterons ce sujet dans le memoire N92 avec l'explication des gitaigos.

(平成4年9月24日受理) (平成4年12月28日発行)

(10)

Updating...

参照

関連した話題 :